SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |


Contre la loi travail : en grève le 17, reconduction dès le 18 !
Article publié le 6 mai 2016

PDF - 246.3 ko
Tract 17 mai

Tract de SUD éducation Créteil :

Éducation-Loi travail : pour gagner c’est maintenant !
Le 17 en grève et le 18 on continue jusqu’au retrait !

Loi travail, loi antisociale !
Depuis deux mois de mobilisation, la lutte contre la loi travail ne faiblit pas. Des centaines de milliers de personnes participent aux nombreuses initiatives unitaires : Grèves, manifestations, blocages, Nuits Debout...
Malgré l’opposition majoritaire contre cette loi qui détruit nos droits, le gouvernement refuse d’entendre les revendications et multiplie les provocations et les répressions. Jeudi 12 mai est prévu le vote en première lecture avant son passage au Sénat. Le mardi 17 mai, l’Assemblée nationale doit voter la loi en deuxième lecture. Le gouvernement menace d’un passage en force avec le 49-3.
Pour notre Union syndicale Solidaires et SUD Éducation Créteil, le 17 mai et le 18 mai, dates de grève unitaire à la SNCF, doivent être le point de départ d’une grève interprofessionnelle reconductible massive jusqu’au retrait. Cette position est portée par Solidaires dans l’intersyndicale nationale, elle se réunit de nouveau le 9 ou 10 mai .

Les régressions sociales ne se négocient pas !
Cette loi facilite les licenciements, remet en cause les 35 h, la médecine du travail et casse le code du travail. Nous ne voulons pas de cette loi de régression sociale. Il n’y a pas d’amendements possibles. On ne négocie pas la casse de nos droits !

Dans l’éducation, même logique
Dans l’éducation, l’autonomie des établissements et la territorialisation de l’école participent de la même logique. Le manque de remplaçant-e-s est plus que jamais d’actualité, l’éducation spécialisée est attaquée, le ministère s’entête dans sa réforme du collège, les pressions hiérarchiques et les injonctions dans l’urgence sont monnaie courante… Ce ne sont pas les quelques miettes de primes à visées électoralistes qui enfumeront les personnels sur la réalité de leurs conditions de travail dégradées depuis de nombreuses années. Et n’en doutons pas, si cette loi passait, la prochaine étape serait la remise en cause du statut de la fonction publique.
Dans l’académie de Créteil, les mobilisations des enseignant-es perdurent : lutte contre la réforme du collège, les rythmes scolaires, contre les fermetures de classe, pour obtenir des postes de remplaçant-es , pour un plan d’urgence dans les écoles...
Dans le 93, après avoir occupé les écoles au mois d’avril, les parents d’élèves seront de nouveau mobilisé-es le 18 mai pour des actions en convergence avec les enseignant-es.
SUD éducation Créteil soutient, participe et appelle les enseignant-es à participer à toutes ces mobilisations. Au delà, c’est avec l’ensemble des secteurs professionnels, des forces sociales et des mouvements mobilisés qu’il faut converger.

Toutes et tous ensemble jusqu’au retrait !
Il faut poursuivre les pressions pour faire plier le gouvernement. Toutes les formes de protestations permettront d’amplifier le mouvement : assemblées générales et des collectifs interprofessionnels pour s’organiser. Nuits Debout nombreuses dans le 93 pour débattre et échanger. Actions de blocage pour paralyser l’économie… Sud éducation soutient, participe et appelle à multiplier et amplifier toutes ces initiatives. Et ce ne sont pas les provocations et les violences policières qui nous feront reculer.

Violences policières, répression, interpellations sauvages : Résistance !
Les violences policières inacceptables n’arrêteront pas le mouvement. La présence de plus en plus massive des forces de l’ordre et leur gestion des manifestations contribuent très largement à générer un climat de tension et de violence. 
Le 28 avril et le 1er mai, il y a encore eu des manifestant-es blessé-es dont certain-e-s gravement, plus d’une centaine de personnes embarquées suite à une action de blocage économique à Gennevilliers, des tirs contre des cortèges syndicaux, des gardes à vue, des comparutions immédiates, etc. Nous condamnons également les évacuations violentes des Nuits Debout place de la République à Paris. C’est intolérable !

En Lutte jusqu’à victoire ! Pour Sud éducation Créteil, quelle que soit l’issue des débats parlementaires, c’est aux forces sociales en lutte d’imposer le retrait de cette loi. Faire reculer le gouvernement sur cette loi c’est aussi imposer un rapport de force pour gagner sur nos revendications dans l’éducation ! Les régressions sociales ne se négocient pas !

On bloque tout ! Toutes et tous en grève reconductible à partir du 17 mai !

PDF - 73.2 ko