SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Et maintenant on prépare la mobilisation pour la rentrée
Article publié le 1er juillet 2016

Sauf dotation exceptionnellement normale, il manquera des postes à la rentrée dans le Val de Marne. Donc il y aura des classes surchargées, des postes de remplaçant-e-s et des postes RASED en nombre insuffisant. Sans parler de la médecine scolaire. D’ores et déjà des parents et des enseignant-e-s s’organisent sur Vitry, Champigny, Fontenay, Gentilly, Ivry, Alfortville, Arcueil et Villejuif.

Les seuils d’ouverture n’existent plus, remplacés par des « repères » particulièrement flous. Ce qui laisse la place aux classes dépassant 30 élèves en zones banales et 25 en REP . Des conditions de travail et d’apprentissage inacceptables !

Que fait-on ? On attend un miracle ? Une mesure intelligente de ce gouvernement ?

Difficile d’y croire, quand on voit les rapports repoussés ou enterrés (rythmes scolaires, médecine scolaire).

Organisons - nous dès le mois de juin pour être prê t-e-s à agir à la rentrée !

D’abord, on se réunit parents et enseignant-e-s, pour se donner les informations, les explications nécessaires, et l’on discute et décide des modes d’action. Si les élu-es sont de notre côté, tant mieux, sinon on fera sans.

Puis on prépare les contacts avec la presse, les syndicats, les associations de parents.

Si on décide de ne pas faire la rentrée, Ça veut dire quoi concrètement ?

-Accueillir les enfants et les parents dans la cour le premier jour de la rentrée

-Organiser rapidement des affichages, une réunion d’informations pour les parents et gérer l’accueil des enfants afin de garantir leur sécurité. (Nb : Rester 3 heures dans la cour peut devenir dangereux et ingérable. Il vaut mieux un accueil par petits ateliers avec une partie des enseignant-e-s et des parents)

-Pour ce qui est de la presse : ne pas la laisser entrer dans l’école, ni filmer les enfants dans l’école. Si vous êtes interviewés, faites-le en dehors de l’école et si possible des heures de classes.

-Et après ? On exige que l’IEN vienne dans l’école se rendre compte du désastre
de classes surchargées et on ne lâche pas tant que les enfants ne sont pas
accueillis dans des classes à effectifs décents.

N’oubliez pas d’appeler SUD ÉDUCATION qui sera à vos côtés dans la lutte !

PDF - 72 ko
ne pas faire la rentrée ?
PDF - 313.9 ko
Tableau récapitulatif des décisions de l’administration