SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Formation au CAFIPEMF, sommes nous corvéables à merci ?
Article publié le 2 juin 2016

-  Ce mail envoyé le 4 mai 16 à 21:54 demande une réponse avant le 11 mai. Oubliant au passage le « pont » du 8 mai. Les collègues sont-ils/elles censées être disponibles pour lire leur mail professionnel, même pendant les jours de repos ?

-  Par ailleurs, tous les temps de formation sont prévus en dehors du temps de classe. 13 Mercredis après-midi, mais aussi au moins 5 jours sur le temps de vacances scolaires, sans compter ceux prévus pendant les vacances de Toussaint.

Bien sur la hiérarchie joue sur le fait que les collègues sont volontaires et que cette formation n’est pas « obligatoire ». Certes, mais qui peut penser qu’un-e- collègue qui ne suivrait pas cette formation aura une chance sérieuse d’obtenir son CAFIPEMF ? Et la hiérarchie n’a-t-elle pas besoin de maîtres-formateurs/maîtresses formatrices ?

La circulaire du 21 juillet 2015 ne mentionne pas que la formation se fasse en dehors du temps de classe. Plus généralement, faire cette formation complètement hors temps de classe et par internet, c’est créer un précédent pour toutes les formations. En effet, un jour ce sont toutes les formations (directions, RASED, etc…) que la hiérarchie rêve de faire en dehors du temps de classe. Chacun-e- comprend bien les économies en termes de postes de remplaçant-e-s sur le département.

Par ailleurs, certain-e-s responsables de la formation renvoient aux IEN, la possibilité de décompter ou pas, ces heures sur les XXX heures prévues pour l’animation pédagogique (animations et ou foad). On là dans le fait du prince local !!!Et dire que la hierarchie nous rebat les oreilles d’ « équité »…

SUD EDUCATION 94 revendique :
— > que toutes les formations aient lieu sur le temps scolaire avec remplacement des collègues.

— >que le temps de formation soit décompté de droit du temps d’animation prévue dans les 108 heures, si de façon exceptionnelle, une formation n’est possible qu’un mercredi après-midi

Nous sommes tout-e-s concerné-e-s : il y a nécessité à se mobiliser pour obtenir le nombre de postes de remplaçant-e-s nécessaire pour le département. Et donc être nombreux/nombreuses lors des mobilisations carte scolaire : nuits des écoles, rassemblement au ministère le 15 juin (demande d’une dotation « exceptionnelle »), à l’IA 94 le 23 juin (CTSD 94) , à la préfecture (CDEN 94)…

PDF - 90.7 ko
TRACT CAFIPEMF