SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Pour nos droits et pour un service public d’éducation égalitaire, passons à l’action !
Article publié le 1er septembre 2015

Pour nos droits et pour un service public d’éducation égalitaire, passons à l’action !

La rentrée scolaire 2014-2015 s’était caractérisée par l’absence d’enseignant-e pour les élèves de 40 classes du département. Pour répondre au déficit de postes d’enseignant-es remplaçant-es, plus de 500 enseignant-es contractuel-les ont été recruté-es, dès la rentrée.
Dans une interview donnée au Parisien, le 27 août, le directeur académique du 93 affirme que la rentrée 2015-2016 « va bien se passer ». Il envisage cependant « des réglages au dernier moment ».
Ce que le DSDEN du 93 nomme « des réglages au dernier moment » ce sont des classes sans enseignant-e à la rentrée !
Mais qu’on se rassure, tout sera réglé vendredi 4 septembre, jour du CTSD avec au programme : effectifs de classe surchargés et remise en cause des seuils d’ouverture et de fermeture pour permettre les ouvertures de classes nécessaires.
Pour SUD éducation, la rentrée 2015-2016 ne sera guerre meilleure que la précédente puisqu’elle s’inscrit dans le même cadre d’austérité budgétaire. Les 240 postes alloués au 1er degré 93 sont totalement insuffisants pour, à minima, répondre à la hausse démographique et ouvrir le nombre de classes nécessaires.
Ce chiffre est très loin des besoins pour répondre à la situation d’urgence dans laquelle se trouve le département et améliorer les conditions d’apprentissage des élèves, en diminuant le nombre d’élèves par classe, restituer les 190 postes de RASED supprimés entre 2008 et 2012 (et en augmenter le nombre), augmenter les nombres de remplaçant-es…
Ce chiffre est très nettement insuffisant pour mettre en œuvre les mesures décidées par le ministère et qui ne sont abondées par aucun moyen supplémentaire, avec en tête la généralisation de la réforme de l’éducation prioritaire avec des postes « plus de maitres-ses que de classe » dans chaque école et des classes pour les enfants de moins de 3 ans (TPS).
Tout va bien se passer. Vraiment ?
Pour les personnels, on peut largement craindre que les déclarations d’intention ou d’auto-persuasion de la DSDEN du 93 seront largement inopérantes face aux dégradations toujours plus importantes de leurs conditions de travail.
Les salaires sont congelés depuis plusieurs années. A défaut d’améliorer leurs conditions de travail, les quelques euros de doublement de prime REP+ -qui ne concernent qu’une partie des personnels- les divisent un peu plus en accentuant les inégalités de traitement et de condition de travail.
Dans le 93, plus qu’ailleurs, les personnels du 1er degré payent le prix fort de la pénurie de postes largement organisée par l’institution et ce, depuis des années :
- Les droits à la mobilité sont continuellement bafoués.
- Les droits aux temps partiels sont remis en cause avec des refus massifs et du chantage au complément de service.
- Les droits à la formation continue disparaissent.
- Les refus d’autorisation d’absence qui ne sont pas considérés comme de droits sont en nombres croissants, faute d’un nombre suffisant de remplaçant-es.
Cette situation est, de surcroît, aggravée par la réforme des rythmes scolaires avec pour certaines villes du département, des horaires et des organisations du temps scolaire qui vont changer pour la 3ème année consécutive.

Face à cette politique, largement rejetée par l’ensemble des personnels,
dès la rentrée, construisons la mobilisation et passons à l’action !

SUD éducation appelle à l’organisation d’AG de villes pour faire un bilan de la rentrée et construire des perspectives pour un plan d’urgence pour le 93 et plus largement autour de revendications unifiantes :
[*- Diminutions des effectifs par classe !
- Augmentation générales des salaires !
- Réduction du temps de travail !
- Abrogation des contre réformes !*]

Non à l’austérité, oui à la solidarité !
Non à la concurrence, oui à l’égalité !
Non aux pressions, plus d’autogestion !