SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Réforme bidon, manque de moyens, casse de l’éducation prioritaire : tout le monde déteste la rentrée
Article publié le 2 septembre 2016

Dans le 94 une rentrée sous le signe d’une austérité sans précèdent
Dans le 1er degré , 95 fermetures de classes ont été décidées en juin. Un nombre inégalé alors même que le nombre d’élèves augmente de près d’un millier sur le département. Cette année encore les effectifs dans de nombreuses classes dépasseront les seuils, les remplacements ne seront pas assurés dans de bonnes conditions et le recours aux empois précaires va continuer à s’aggraver. S’ajoutent à ces conditions de travail des rythmes scolaires qui fatiguent tout le monde, une formation continue ubuesque (magistère) , des APC chronophages pour les enseignants et d’un intérêt très limité pour les élèves….

Parents-enseignants : seule la lutte paye :
Un rassemblement de près de 500 personnes devant la préfecture en mars dernier avait contraint la DSDEN a annuler 11 fermetures et prononcer 3 ouvertures, mais en prenant… sur les moyens de remplacements déjà ridiculement faibles. Début juillet lors du dernier CTSD et grâce à la mobilisation des parents et des enseignants quelques annulations de fermetures ont été arrachées…La mobilisation doit continuer dès la rentrée….

Dans les collèges et les lycées : concurrence entre collègues, sureffectifs, surcharge de travail, précarité

La réforme du collège, majoritairement rejetée par les collègues, entre en vigueur lors de cette rentrée. Il ne s’agit en fait que de bricolage pédagogique. s’appuyant sur une concurrence généralisée entre collègues (IMP, choix des EPI etc… soit l’un, soit l’autre) De rares dédoublements sous arbitrage des directions, de l’aide pédagogique en classe entière, des enseignements pluridisciplinaires financés par une baisse des horaires disciplinaires notamment en langues et sciences. Pourtant ,malgré la doxa des experts qui veut que seule la pédagogie différenciée et la pédagogie de projet fasse réussir nos élèves, la question des moyens reste indissociable de leur réussite. Des moyens pour baisser le nombre d’élèves par classe, pour avoir un taux d’encadrement en vie scolaire adéquat, pour assurer une prise en charge médico-sociale de qualité.
Pour les agents des collèges les conditions de travail se dégradent aussi. La baisse des subventions de l’Etat aux collectivités territoriales (27 millions d’euros en moins pour la dotation globale de fonctionnement dans le 94) couplé à une politique de management inefficace entraine une surcharge de travail. C’est un cercle vicieux : un travail difficile, (certains de nos collègues embauchent dès 6H30) peu valorisé et peu payé, qui entraine des arrêts de travail, qui ne sont pas remplacés. Les équipes sont à bout. Les emplois précaires (CAE, CUI) servent de variables d’ajustement. Cette année leurs contrats passent de 12 à 10 mois. Il est urgent d’obtenir des créations de postes à hauteur des besoins ainsi que des brigades de remplacements en nombre suffisant.

Les lycées sont enfin les plus grands perdants de ce quinquennat. La labellisation « éducation prioritaire » est carrément annulée et les DHG votées au printemps dernier sont catastrophiques au regard de la montée démographique des enfants de l’an 2000.

8 septembre : grève dans l’Education !
Dans notre secteur les effets d’annonce ministériels (salaires, carrières) ne trompent personne. Il n’y a pas de réponse réelle aux revendications des personnels. C’est pourquoi SUD éducation 94 appelle à faire grève le 8 septembre contre la réforme du collège, contre la réforme des rythmes scolaires, la territorialisation de l’école, les sureffectifs, la casse de l’éducation prioritaire.

15 septembre : mobilisation interprofessionnelle contre la loi travail et son monde !

Mais pour gagner dans notre champs professionnel c’est avec le reste du monde du travail qu’il faut combattre. Aujourd’hui c’est la loi travail qui est en ligne de mire. Elle constitue une régression historique des droits des salarié-e-s.
Derrière cette attaque du code du travail, il est évident que c’est la remise en cause du statut de la fonction publique qui se profile. Les grèves et les manifestations du 1er semestre 2016 contre la loi travail ont été massives. Le gouvernement a voulu passer rapidement et autoritairement avec l’utilisation du 49.3. Il a joué la carte de la répression à outrance. Cela n’a pas du tout entamé la détermination des travailleurs-euses. C’est pourquoi la mobilisation reprend de plus belle.

SUD éducation 94 appelle les collègues à discuter des ces deux dates de mobilisation lors d’AG ou d’heure d’information syndicale et à décider collectivement de leurs revendications.