SUD éducation 94

Accueil > Actualité > Le Lycée Mozart à Blanc Mesnil en lutte

Le Lycée Mozart à Blanc Mesnil en lutte

dimanche 21 mars 2010

Conseil d’administration du lycée Mozart du 19 mars (Le Blanc-Mesnil)

Motion 1

Les personnels enseignants vie scolaire du lycée, représentants des élèves, des parents et de la ville du Blanc-Mesnil protestent vigoureusement contre l’ensemble des dispositifs de réformes imposées par le gouvernement sans concertation. En effet, elles se traduiraient par un appauvrissement considérable des offres d’enseignement, des suppressions de postes (80000 dans l’éducation depuis 2003, 16000 de plus cette année), la suppression de la formation des enseignants, des enseignants stagiaires en responsabilité à 18h00 et une généralisation sans précédent des statuts précaires.

Ils protestent contre la mise en place de la réforme des lycées. Cette réforme est une réforme en profondeur qui remet en cause l’égalité des lycées en termes d’heures de cours, de dédoublements et de programmes. Elle représente sans l’annoncer un tournant dans les missions d’enseignement. Le premier objectif de cette réforme est la suppression de postes, mais elle va bien au-delà. Notamment, l’objectif de formation à l’esprit critique est écarté des nouveaux programmes.

Ils protestent contre le décret qui modifie les compétences des chefs d’établissement et renforce leur autonomie. A quoi servira-t-il de siéger dans les conseils d’administration et des commissions permanentes si le chef d’établissement n’est plus tenu de suivre leurs recommandations ? Comme par le passé, nous nous opposons à la mise en place d’un conseil pédagogique qui mettrait certains de nos collègues, choisis par le chef d’établissement, en position d’autorité vis-à-vis des autres de même expérience et de même formation.

Adoptée à l’unanimité moins une abstention

Motion 2

La rentrée 2010 se prépare au lycée Mozart de Blanc-Mesnil dans les pires conditions. Le Rectorat prévoit la fermeture de cinq postes : un en économie-gestion, deux en lettres modernes, deux en histoire géographie.

La baisse démographique ne peut expliquer toutes ces suppressions. Les besoins existent notamment en économie-gestion et en lettres modernes.
Aussi, nous, enseignants, personnels de vie scolaire, parents d’élèves, élèves, réclamons la transformation d’HSA (heures sup’) en Heures-Postes afin de maintenir ces postes.

Nous nous opposons à cette logique comptable qui consiste à supprimer de plus en plus de personnels qualifiés au détriment de considérations pédagogiques et à l’encontre de la réussite des élèves.

Adopté à l’unanimité moins une abstention