SUD éducation 94

Accueil > Actualité > Les enseignants tuteurs et conseillers pédagogiques de Jacques Brel (La (...)

Les enseignants tuteurs et conseillers pédagogiques de Jacques Brel (La Courneuve) lancent une lettre de refus collectif d’accueillir l’an prochain les stagiaires à 18h dans les établissements.

mercredi 10 février 2010

Enseignants tuteurs et conseillers pédagogiques Lycée Jacques-Brel La Courneuve

La Courneuve, le 8 février 2010

Monsieur le Recteur,

Nous assurons depuis plusieurs années la formation, en pratique accompagnée et en stage, de nouveaux collègues. Il nous a toujours semblé important d’apprendre notre métier à de futurs collègues et de faire passer notre expérience dans un cadre bien défini :

- avec des visites dans les classes du stagiaire et dans les nôtres,

- avec des heures de discussion et d’échanges,

- avec des heures de réflexion sur notre métier, sur nos pratiques, différentes suivant les disciplines dans le cadre de l’IUFM.

Tout ceci est permis par un horaire réduit pour les stagiaires.

La réforme qui se met en place supprime totalement cette formation et cette passation d’expérience entre anciens et nouveaux. Les futurs collègues devront, dès leur première année, assurer 18 heures de cours, auxquelles il faut bien sûr rajouter la création de ces cours (forcément bâclée puisque les collègues n’auront pas le temps de lire les livres nécessaires et de réfléchir pour faire des cours approfondis). Notre travail d’encadrement, de conseil, n’est plus possible dans ces conditions.

La présente pétition vous informe donc de notre vigoureuse protestation contre cette réforme et de notre refus absolu de pallier au plus pressé comme le prévoit la mise en place de « compagnonnage » l’an prochain, mise en place à laquelle nous ne participerons pas.

Il nous semble que la formation correcte de professionnels est le meilleur moyen de faire réussir les élèves. Accepterait-on d’aller consulter un médecin qui passerait directement de cours théorique à la pratique devant des malades sans avoir jamais fait de stages, sans jamais avoir discuté de ses expériences avec des médecins plus anciens dans la profession ?

Notre éthique, notre conception de notre métier s’y refusent. Nous nous faisons une autre idée de l’importance de l’éducation nationale pour nos élèves et notre pays.

Veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l’expression de nos sentiments respectueux.

Nom et Prénom Discipline tuteur depuis conseiller pédagogique depuis