SUD éducation 94

Accueil > Actualité > Lundi 4 octobre à 14h00 :Rassemblement au Lycée Feyder à Epinay sur (...)

Lundi 4 octobre à 14h00 :Rassemblement au Lycée Feyder à Epinay sur Seine

vendredi 1er octobre 2010

Rassemblement au Lycée Feyder à Epinay sur Seine.

Lycée Jacques Feyder, Epinay sur Seine.
Petit manuel pour pourrir la vie des agents et briser une grève

Tracasseries et pressions sur les personnels grévistes du Lycée Jacques Feyder, d’Epinay sur Seine.

Voilà ce qui se passe quand un proviseur cherche à montrer son pouvoir au lieu de rechercher une conciliation intelligente entre la vie personnelle de l’agent et l’intérêt du service.

Aux agents, qui déjeunent à 10h30, en 30 minutes, il refuse que ce temps soit compris dans le temps de travail, leur répondant : « c’est la Région qui nous l’ordonne ». Or, la Région ne peut prendre une telle décision, le CTP n’ayant pas encore été réuni.

Comme il leur arrive fréquemment d’être dérangés pendant leur pause repas, leur demande est plus que légitime.

Ils ont donc décidé de manifester leur mécontentement. Un courrier collectif, signé de tous les agents a été l’année dernière. Le chantage suivant a tenu lieu de réponse : « soit vous mangez en 30 minutes, soit je vous rallonge le temps de pause méridienne ».Les agents ont accepté le chantage, que le proviseur appelle marché. « Vous comprenez, en faisant ça, je gagne un poste à temps plein. »

Cette année, ils ont renouvelé leur demande. Première réponse de M. le Proviseur : « puisque c’est comme ça, je vous ferai manger en une heure et demie ».

Du coup, ils ont décidé de se mettre en grève reconductible d’une heure, de 12h05 à 13h04.

Deuxième réponse : « on vous retirera une journée pour une heure de grève ». Contraire à la législation. Donc, il a renoncé. Quand SUD Education l’a appelé pour qu’il confirme : « non, je n’ai jamais dit ça, j’ai dit que je demanderai à la région ». Il n’en a plus reparlé.

Ensuite, il a menacé de réquisitionner les personnels logés. Seul le préfet peut décider d’une telle mesure, mais elle ne concerne pas ce type de personnels (CAA de Marseille).

Le jour de la grève, mardi 28 septembre, il a demandé à un personnel administratif de servir des repas froids. Un agent non formé a donc réceptionné et servi des sandwiches dans des conditions non conformes aux règles d’hygiène.

Comme cela ne suffisait pas, il a voulu faire travailler avant et pendant la grève les agents dans un lieu insalubre. SUD a prévenu la région. Un peu plus tard, les agents l’ont vu arriver en courant leur annoncer qu’il annulait cet ordre.

Voilà les petites méthodes d’une personne qui se proclame républicain.