SUD éducation 94

Accueil > Actualité > Motion votée par les enseignants d’histoire et de géographie de l’université (...)

Motion votée par les enseignants d’histoire et de géographie de l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée

dimanche 14 février 2010

Voici la motion votée par les enseignants d’histoire et de géographie de l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée

Réunis en assemblée générale le vendredi 12 février 2010 considèrent que
la réforme de la formation des enseignants imposée par les ministères de
l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche
est à la fois nocive et inapplicable.

Les exigences multiples : obtenir un master recherche, préparer un
concours et un mémoire de recherche, effectuer d’éventuels stages en
observation et en responsabilité, l’allongement de la durée des études
sans qu’aucune aide financière conséquente ne soit prévue, l’évocation
peu sérieuse de la réorientation dans des parcours recherche des
étudiants non admissibles, sont autant de termes de cette circulaire qui
sont inacceptables pour nous.

Cette réforme n’élève pas le niveau de qualification disciplinaire des
futurs enseignants, elle abaisse leur niveau de qualification
professionnelle,* elle aggrave la précarisation de l’emploi dans
l’éducation nationale, elle affaiblit les masters recherche et elle met
en concurrence les universités.

Il est également inacceptable que les néo-lauréats des concours soient
privés d’une réelle année de stage* et de formation professionnelle pour
se voir affectés directement en service complet dès le début de leur
première année de fonction, leur formation, très réduite, n’étant
assurée que dans un second temps et sous la forme de quelques semaines
pendant lesquelles ils seraient en outre remplacés par des étudiants
préparant les concours.

C’est pourquoi, en accord avec un très grand nombre d’universitaires qui
se sont déjà prononcés par l’intermédiaire des conseils d’universités,
des sociétés savantes, avec les syndicats d’enseignants, la FCPE, la
CPU, qui ont exprimé leur refus lors du vote au CNESER le 21 décembre
(35 voix contre sur 38 votants), de nombreuses sections CNU depuis
janvier, *nous réaffirmons notre opposition à une réforme qui menace
l’Education Nationale dans sa mission et ses fondements.*

• Les décrets d’août 2009 et toutes les circulaires postérieures
d’application doivent être abrogés.

• L’ouverture de véritables négociations est plus que jamais nécessaire.

• Le calendrier des épreuves écrites des concours apparaît en l’état
irréaliste et inapplicable. *Dans ces conditions, nous ne préparerons
pas cette hypothétique session d’écrits de l’automne 2010.

• Nous appelons les jurys de concours à manifester publiquement leur
désaccord.

• Nous nous associons à l’appel des trois conseils centraux de Paris 8,
et nous appelons à l’établissement d’une position commune entre les
différents conseils des universités de l’Académie de Créteil (Paris 12,
Paris 13, Paris 8, MLV).

Nous appelons à la grève et aux manifestations de convergence
enseignement supérieur –

enseignement primaire et secondaire
le jeudi 18 février 2010.

Votée à l’unanimité des 18 présents.