SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Fiche-analyse | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |


Après la grève du 19 mars ...Mardi 24 mars avec le supérieur faisons reculer Darcos/Pécresse !
Article publié le 20 mars 2009

Grève nationale de la maternelle à l’université

À l’appel de la coordination nationale des universités et des Fédérations de l’éducation SUD et CGT

Manifestation 14h Port royal-vers le Ministère.

RDV SUD : angle bd Henri Barbusse/Bd port Royal

L’intersyndicale nationale de l’enseignement professionnel (CGT,Snuep, Snep –FSU, SUD, SNCL) a déjà appelé les personnels des LP, lycées Polyvalents et EREA à la grève le 24 mars .
Des appels intersyndicaux à reconduire à partir du 23 ou du 24 ont été lancés dans de nombreux départements et sur l’académie de Créteil dans le 93(sud/cgt) et dans le 94(cgt/sud et snuipp).

L’appel de l’AG Ile de France des établissements et écoles réunie après la manifestation du 19 mars a aussi lancé un appel en ce sens.

Pour SUD, c’est la voie à suivre ! POUR obtenir :

- L’abandon du projet Darcos-Pécresse de « mastérisation » de la formation des enseignants. Dans le contexte de réduction des postes aux concours, les candidats qui auraient obtenu le master « métiers de l’enseignement » mais échoués au concours, constitueraient un vivier d’enseignants précaires sans autre débouché. A terme, les recrutements s’effectueraient sans concours, par recrutement local. Ce projet mettra en concurrence plusieurs catégories d’enseignants avec pour objectif la diminution du nombre d’enseignants titulaires. C’est à terme la fin du statut de fonctionnaire d’état dans l’Education.

- L’abandon définitif des attaques contre le statut d’enseignant-chercheur…. un exemple de la précarisation et de la flexibilité qu’ils destinent à tous les personnels de l’Education ;

- L’arrêt de la politique de suppression massive de postes menée par le gouvernement qui se traduit depuis 2007 par la suppression de près de 30 000 postes sur les 80 000 prévus d’ici 2012. Il faut au contraire à l’université comme dans les premier et second degrés annuler toutes les suppressions et créer tous les nouveaux postes nécessaires ;

- Le retrait des autres contre réformes de X. Darcos dont une partie, la réforme du lycée, n’a été repoussée que d’un an grâce à la mobilisation des lycéens ,mais dont le reste est déjà appliqué : suppression des réseaux d’aide dans le 1er degré, nouveaux programmes, fin des BEP au profit des bacs pro 3ans…

- Dans les lycées, boycott de la procédure Admission Post-Bac (APB) qui remet en cause le statut du bac comme premier grade universitaire et promet une sélection accrue dans toutes les filières post-bac.

TOUS à l’A. G Ile de France Mardi 24 mars 17h Bourse du travail République 3 rue du château d’eau.

PDF - 54.7 ko
24 mars avec le supérieur