SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Fiche-analyse | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Communiqué de presse
Article publié le 27 juin 2013

Lundi 25 juin 2013, Créteil

Communiqué de presse

Il y a trois semaines, SUD Education faisait paraître un communiqué sur une affaire d’agression sexuelle concernant une agente d’entretien dans un Lycée très cossu du Val de Marne. La région Ile de France refusant d’accorder la protection fonctionnelle à une agente qui avait déposé plainte et de la considérer en accident de service.
La Région Ile de France n’a toujours pas accordé de protection fonctionnelle et le tribunal administratif a donc été saisi.

Le mercredi 19 juin, cette agent apprenait que sa plainte était classée sans suite par le procureur de Créteil. « Parole contre parole ». Toutefois, l’agresseur présumé a été suspendu puis déplacé dans un autre Lycée. Ce qui signifie, selon les règles de la fonction publique territoriale, qu’il ne sera pas sanctionné.
SUD Education est en droit de s’étonner du peu d’importance accordée à la parole des victimes, surtout après le tollé provoqué par la non constitutionnalité de la loi sur le harcèlement sexuel par le conseil constitutionnel le 4 mai 2012 et le vote en urgence d’une nouvelle loi, et du peu de valeur accordée à la parole des victimes par le parquet de Créteil et par la Région Ile de France. Toutefois, SUD Education ne souhaite pas en rester là et saisira le doyen des juges d’instruction afin que cette affaire soit jugée.

Sud Education Créteil