SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Le point sur la lutte des AVS/EVS dans le 93
Article publié le 28 février 2011

Depuis la fin du mois de septembre 2010, un comité
unitaire réunissant les syndicats Sud éducation Créteil,
Snudi-FO 93, SE-Unsa 93, Snuipp 93, CGT Educ’Action
93 et la FCPE 93 s’est réuni plusieurs fois car la
situation des personnels précaires EVS et AVS est
alarmante, avec des centaines de collègues déjà ou
bientôt au chômage, sur la base des revendications communes
suivantes :

- Arrêt des recrutements sous contrat précaire,

- Reconnaissance des missions des personnels
embauchés sous contrat aidé par la création d’emplois
statutaires de la Fonction publique,

- Une formation qualifiante permettant la titularisation
des personnels concernés qui le souhaitent,

- Arrêt des recrutements sur des temps partiels
imposés,

- Mise en place d’un dispositif d’urgence sociale pour
éviter le retour au chômage pour ces personnels.
Il a également été rappelé le fait que l’État ne respecte
pas ses engagements :

- sur l’accueil des élèves en situation de handicap
(pas d’AVS alors que cela a été notifié par la CDA,
délais d’attente trop longs, collègues AVS pas toujours
remplacéEs au moment des fins de contrats parfois en
cours d’année scolaire…),

- sur les contrats aidés (pas de formation explicite
dans le contrat de travail alors que le Ministère du
Travail l’impose,

- quid du renouvellement des contrats des collègues
âgés de plus de 50 ans, pas de réel "retour à l’emploi"
après ces contrats car leurs compétences sont
non "vendables" sur le marché du travail…),

Mercredi 15 décembre, une délégation composée
d’EVS et des représentants syndicaux de Sud éducation,
CGT Educ’Action, Snuipp, Snudi-FO, Se- Unsa
a été reçue par M. Sénateur (représentant du Préfet de
Seine-Saint-Denis) et M. Lassalle (représentant de l’IA
de Bobigny).

Lors de cette réunion, M. Sénateur a annoncé que le
Préfet de Région a autorisé une mesure dérogatoire
pour la Seine-Saint-Denis pour l’année scolaire 2010-
2011 : sur 50 enfants repérés comme ayant des handicaps
"lourds", 16 d’entre eux ont été "sélectionnés"
car leurs EVS ont un contrat qui se termine avant la fin
de l’année scolaire. Ces 16 contrats seront donc reconduits
jusqu’à la fin de l’année scolaire 2010/2011.

Ces 16 renouvellements de contrat, concédés par le
préfet sur des critères discriminatoires que nous ne cautionnons
pas, ne sont pas suffisants au regard des
besoins réels de notre département :

1. Ils ne répondent nullement à la situation des
1000 élèves en situation de handicap dans les écoles
de Seine-Saint-Denis.

2. Ils ne répondent nullement aux conditions de
travail précaires et indécentes dans lesquelles se trouvent
ces personnels recrutés en contrats dits "aidés".

3. Contrairement à nos revendications avancées,
aucune solution n’a été proposée pour les EVS en
charge des "aides à la direction" dans les écoles.
Cependant, si le préfet a pu déroger pour prolonger 16
contrats, pourquoi, ne peut-il pas déroger pour plus ?
Pour la CGT éduc’action93, le SE-unsa 93, le snudi-
FO93, le Snuipp93 et Sud éducation Créteil, il n’est
pas question d’en rester là. Nous devons engager un
rapport de force pour montrer au préfet que le nombre
de postes concédés est très en déça des moyens
nécessaires à notre département.

Ce texte a été proposé aux syndicats du 1er degré 93 pour donner suite aux actions menées pour l’arrêt
des licenciements des EVS/AVS sur le département.

A l’heure où nous le publions, nous n’avons pas reçu de réponse de l’intersyndicale.

Pour envisager les suites des actions à mener, nous invitons les écoles à nous retourner le questionnaire (que
vous trouverez ci-contre) avant le 30 mars afin que nous fassions entendre les revendications des collègues et
des écoles pour des moyens à la hauteur des besoins.