SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Fiche-analyse | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Le témoignage d’une agente victime de discrimination au handicap
Article publié le 1er mars 2021

Le témoignage d’une agente victime de discrimination au handicap de la part de son employeur : le CD94

PDF - 62 ko
Témoignage
Word - 45.5 ko
Pétition

Chères et Chers collègues,

Nous vous communiquons le témoignage d’une agente victime de discrimination au handicap de la part de son employeur, le conseil départemental. Témoignage qui circule actuellement sur les réseaux sociaux.

Nous rappellerons juste la petite phrase de l’ancienne gestionnaire du collège Romain Rolland d’Ivry sur Seine (qui a quelques responsabilités syndicales, eh oui !) : l es problèmes de santé (opération des yeux) occasionnent une gêne importante dans son travail au quotidien.

Toujours est-il que quelques jours après avoir communiqué au département sa reconnaissance de travailleuse handicapée, Mme S. se voyait signifier le non renouvellement de son contrat.


Bonjour l’univers , bonjour les gens 🙂
J’espère que vous allez bien ?
Je vous souhaite plein de soleil dans vos maisons 💥

Je voudrais pousser un coup de gueule, plein de colère est en moi ( et j’ai vraiment du mal à la digérer heureusement pour moi que je suis plutôt du style combattante et l’injustice m’horripile)

A ce sujet ! aujourd’hui je doit évacuer mon ressenti que je garde en moi depuis 1 an...
Je dis stop ! Il faut que ça s’arrête.Leurs abus de pouvoir, les mensonges, stop !
Ça doit se savoir... je déteste l’injustice.

Récit d’un moment de ma vie utile à mon coup de gueule.
En 2010 une séparation maritale, suivi du divorce en 2014, suivi du décès de mon papa et de cette p***** de maladie qui commence a l’ œil droit. À ce moment-là, je travaillais dans un salon de coiffure à Villejuif.
J’ai tout essayé pour ne pas mettre de côté mon boulot qui était tout pour moi ...😒 surtout seule avec deux enfants à nourrir.
Comment faire sans sous-sous ?

La médecine du travail (à l’époque) me conseille d’arrêter car le métier de coiffeuse sollicite de la précision. Surtout pour les coupes hommes... Je décide donc de stopper mon métier de coiffeuse pour ne pas fatiguer ma vision. Je me retrouve donc sans boulot... après pas mal de moments de galères très difficiles.

La Providence me met en 2015 face à une place de d’agent contractuel dans le département du Val-de-Marne...
Super contente bien sûr j’ai accepté, pour être contractuel au service général parfois d’accueil aussi et à la restauration des collèges du département du Val-de-Marne.

Donc mon premier contrat débute en 2015 à savoir que j’avais un petit début de maladie, j’aurais pu tranquillement rester à la maison et toucher le RSA ou autre aide de l’État.
Sans broncher je suis partie travailler tous les matins. Debout à 5h du matin pour être au taf à 6h.
Tous les matins hiver, (même avec la neige), été. Je prenais le premier bus et je partais bosser...

J’ai courbé le dos pendant 6 ans pour avoir des bonnes notes comme à l’école, pour obtenir un CDI, pendant 6 ans. C’est long 6 ans quand même... (comme beaucoup de gens d’ailleurs...) il faut savoir que le métier d’agent contractuel est très difficile ; par les tâches ménagère à effectuer chaque matin .(des classes, des escaliers, des couloirs, des vitres, le réfectoire, les salles de permanences (souvent très sales) bref de tout le collège.

Souvent en manque d’effectifs, souvent à deux ou trois agents pour un collège entier. Imaginez-vous l’ampleur et la fatigue le soir en rentrant à la maison.

C’est pas tout ! Puis il y a la cantine, la préparation des repas, des entrées, préparation de la salle parfois aussi gérer les élèves. Et puis à la fin du service, souvent 2 services, le nettoyage tout ça pour vous dire que c’est un métier très difficile, mal valorisé...
Respect à toutes mes anciennes collègues ! , et à certaines gestionnaires humbles et compréhensibles.

Mon coup de gueule n’est pas pas en rapport à ça. A l’époque j’étais bien contente de nourrir ma famille grâce à mon travail. Même si la fatigue, voire plus il y a eu....

Bref donc tous les ans mon contrat était renouvelé sans problème. jusqu’à l’évolution de la maladie...

Les tâches devenaient très difficiles, pour ma situation. Cette maladie évolutive m’imposait des consultations à l’hôpital, pour mes yeux. J’ai passé des tas d’examens : scanner, angiographie, opération... Presque tous les mois j’avais des rendez-vous de contrôle.

Avec mes enfants on a fait une demande de handicap pour alléger mes tâches.

Voilà d’où vient ma colère.
Le jour où j’ai envoyé le papier de travailleur handicapé aux ressources humaines du département du Val-de-Marne , quelques jours après, (au bout de 6 ans) Je reçois un courrier me stipulant que mon contrat ne sera pas renouvelé.

Bordel mais c’est de la discrimination du handicap. Là c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Depuis 1 an, je me bats au côté de personnes qui m’aident pour que j’aille mieux .. depuis 1 an je me bats contre le fait que cette maladie de soit pas une honte !!

Imaginez le préjudice qu’on a subi pendant tout ce temps, mes enfants et moi-même.
A savoir qu’un recours en justice a été fait, qu’un courrier a été écrit en recommandé puis par mail à Monsieur le président du département du Val-de-Marne

Aucune réponse ! Un courrier a été fait au 4e vice président du département du Val-de-Marne par mail envoyé en mairie de Villejuif, où il est maire... Avec qui j’ai eu un premier contact.

Puis silence radio. Moi qui pensais enfin avoir une réponse à toutes mes questions ? Alors là je me pose la question est-ce que c’est parce que je leur ai envoyé le recours en justice ? ou parce qu’il ne peuvent rien faire ?

Bien sûr qu’il ne peuvent rien faire par rapport au préjudice moral que j’ai subi ; face à cette maladie puis d’avoir honte de cette maladie à cause de leurs actes, leurs façons d’agir, ne renvoyant l’image d’être une pestiférée par rapport à cela... rien nada !

Même pas une réponse ! une petite réponse ? ...

Bref à savoir que certains gestionnaires abusent de leur pouvoir pour rabaisser les agents, mettre la pression chaque jour, qui va jusqu’à la dépression de certains agents, voire plus.

PS : je voudrais remercier les personnes qui m’ont aidée et qui continuent d’être présentes dans ce combat et aujourd’hui je n’ai plus honte de ma maladie qui est invisible...
Merci aux gens qui ont pris du temps a lire ce message... Merci et pour qui voudra de le partager

Domenica S.