SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Fiche-analyse | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

NON A LA REPRESSION DU MOUVEMENT SOCIAL
Article publié le 28 avril 2006

PDF - 51.9 ko
NON

Face à la mobilisation de millions de personnes, le gouvernement s’est montré
d’un mépris consternant, il porte donc l’entière responsabilité de la violence qui
accompagne les manifestations contre la loi sur l’égalité des chances, (dont le CPE
faisait partie), et le CNE.

Plus de 4300 arrestations ont eu lieu, des procès continuent de se dérouler. Comme
l’an dernier à l’encontre des lycéen-ne-s en lutte contre la loi Fillon, comme lors
des révoltes de novembre dernier dans les banlieues, il s’agit d’une justice expéditive
et répressive sur consigne du gouvernement. Nous ne pouvons l’accepter.
Nous exigeons, comme les AG étudiantes, l’abandon des poursuites, la relaxe des
prévenu-e-s et l’amnistie des participant-e-s aux mouvements sociaux. Nous appelons
tous ceux et toutes celles qui refusent l’intransigeance et l’arbitraire de ce
gouvernement à se mobiliser pour imposer l’arrêt de la répression à l’encontre du
mouvement contre la Loi sur l’égalité des chances et le CNE.
Pour ne pas laisser seuls les 1000 et quelques inculpés, nous avons mis en place
un soutien juridique et financier. Nous demandons à toutes et à tous de participer
activement à ce soutien, à être présents et solidaires lors des procès.