SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |


Rassemblement, réunion interpro à l’appel de cheminots et d’enseignants - retraites mardi 28 septembre 2010 à 18h
Article publié le 27 septembre 2010

Tract cheminots-enseignants

Nous avons été des millions de travailleurs à manifester les 24 juin, 7 et 23 septembre. Malgré cela, le gouvernement ne recule pas. Manifester tous les 15 jours dans la rue ne suffit pas, même à des millions.

On veut nous faire croire qu’on ne peut rien y changer. Pourtant, toutes les avancées sociales en terme de santé, d’éducation, de retraites et de salaires sont le résultat des grandes luttes : les travailleurs, quand ils ont su se faire craindre en 36, 68, ou 95, ont pu faire reculer les gouvernements et imposer leurs revendications.

Actuellement, 600 000 retraités gagnent moins de 708 euros par mois. Avec leurs attaques nous serons de plus en plus nombreux dans la misère. De cela, on n’en veut pas !

Revenir sur toutes les attaques depuis Balladur, c’est possible !

Financer nos retraites, c’est possible :

•réduire le chômage en imposant l’arrêt des licenciements et des suppressions de postes, dans le public comme dans le privé. Des emplois en plus, ce sont des cotisations supplémentaires, augmenter les salaires aussi.

•arrêter les exonérations de charges.
De l’argent pour les retraites, il y en a ! Sur les 6 premiers mois de l’année 2010, les profits du CAC 40 ont augmenté de 80%, soit 41,6 milliards d’euros…

Les 10% les plus riches captent 25% des salaires. 5 800 personnes ont un revenu compris entre 688 000 et 13 millions d’euros et bénéficient du bouclier fiscal. Pendant ce temps, le gouvernement nous fait les poches en augmentant le taux de cotisation.

Pour réussir à imposer de telles revendications, il faut construire un mouvement capable de les faire reculer. C’est possible en nous organisant et en ne comptant que sur nos propres forces !

Pour cela, il faut se réunir pour débattre et décider nous-mêmes des échéances et des moyens à mettre en œuvre.

Rendez-vous mardi 28 septembre gare de l’est au bout de la voie 2 à 18h.

Document au format PDF :http://sudeducation92.ouvaton.org/I...