SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Rentrée 2009 2010 :BIENVENUE A L ’IUFM
Article publié le 29 août 2009

Nous vous souhaitons bonne chance et du courage pour cette année qui s’annonce chargée entre le stage filé, les 2 stages en responsabilité, la rédaction des dossiers
et l’écrit réflexif.
Votre année de PE2 est une année de formation initiale rémunérée. Formation, car c’est tout au long de cette année par lesstages sur le terrain, par les modules à l’IUFM, que vous commencerez à construire votre identité professionnelle. Initiale, car l’année prochaine, en tant que titulaire vous aurez un stage de 3 semaines de formation. Et tout au long de votre carrière, vous pourrez avoir accès à des semaines de formation continue, pour parfaire vos pratiques
pédagogiques. Rémunérée, car vous êtes désormais fonctionnaire d’état, et vous avez des droits liés à votre statut. Sous réserve d’être titularisé(e) en fin d’année, vous bénéficiez de l’ensemble des droits de la Fonction Publique (grille de traitement indiciaire, retraite, congé maternité, droits syndicaux, etc.)
Mais attention, ces trois aspects sont remis en cause par le gouvernement, avec sa « réforme » dite de « masterisation ». Si nous ne nous battons pas pour faire échouer cette remise en cause du droit des enseignants à une formation initiale rémunérée, vous pourriez être la dernière promotion de PE2 !
Le ministère a décidé de fermer les IUFM et de changer les concours de recrutement. L’intégration à l’université, la logique de réduction drastique des coûts a eu raison de ces instituts de formation. Le gain pour le ministère est loin d’être négligeable puisque ce ne sont pas moins de 14000 postes budgétaires qui sont récupérés avec cette opération. Mais aussi idéologiquement, Darcos a fait un signe aux réactionnaires de tout poil qui voulaient
la peau des IUFM.
Tout au long de l’année scolaire 2008-2009, enseignants, étudiants, parents se sont mobilisés pour montrer au gouvernement que la voie choisie n’était pas la bonne. La lutte contre la mastérisation a été très longue dans les universités, le secondaire et le primaire, mais le
gouvernement n’a pas dévié et on a eu seulement droit à un report des nouveaux concours.
Pour devenir professeur des écoles ou certifié, on pourra se présenter au concours avec un Master en poche ou à la fin du Master 1, à condition d’obtenir le Master 2 dans l’année. Une année de stage, avec des éléments de formation, est prévue après le concours. Cette prolongation des études est inacceptable car la formation coûte cher et va laisser un certain nombre d’étudiants sur le carreau. Elle repousse d’autant l’entrée dans la vie active
(voir réforme des retraites). Les étudiants, qui échoueront aux concours, alimenteront l’agence de remplacement, voilà le retour des précaires dans nos établissements.

En ce qui concerne le premier degré, la qualité de la formation va nettement baisser puisqu’il n’y aura plus de stage en responsabilité, et une formation en lien avec le terrain. Les débuts dans les classes risquent d’être difficiles. La formation continue sera aussi revue à la baisse.
Celles et ceux qui se présenteront au concours en 2010 iront vraisemblablement directement sur le terrain car 400 postes ont été supprimés au concours de recrutement
2009.

Nous nous opposons toujours à cette réforme. Pour cette année scolaire, les stages filés sont toujours au programme malgré tous les problèmes qui se posent,charge de travail, travail dans l’urgence, prise de classe sans formation, équité, problèmes divers rencontrés dans les écoles, bouche-trou pour les titulaires travaillant à 80% et les écoles de 4 classes.

L’action conjuguée des syndicats (SUD Education, CGT éduc’Action, SNUipp, Snudi-FO) avec une plate-formeNcommune « contre les licenciements, droit au renouvellement de scolarité », a permis de limiter le nombre de licenciements (20 sur l’académie en 2007, 15 en
2008, 10 en 2009).
Les conditions de la certification ont changé en 2008 avec le passage d’un entretien. Epreuve assez floue, elle a été un peu plus cadrée en 2009. Seuls les stagiaires pour lesquels le jury a des doutes, dont le dossier porte des avis contradictoires des formateurs, passent l’entretien.
Cet entretien peut conduire à la titularisation, au redoublement ou au licenciement. En 2008, 38 PE2 sur l’académie ont été convoqués à cette épreuve. En juillet 2009, 43 PE2 y ont eu droit. A son issue, 10 ont été licenciés, 13 titularisés et 20 ont été admis à redoubler
(sur 1360 PE2).
Le nombre de redoublements a légèrement baissé, 84 pour 99 l’an dernier et 41 PE2 ont été prolongés. En principe, le jury suivra les recommandations de l’IUFM sur les conditions du renouvellement, soit terrain, soit à l’IUFM. Nous craignons que les besoins très importants sur le terrain, envoient tous les redoublants dans les écoles. Nous craignons aussi le recrutement sur
liste complémentaire pour couvrir ces besoins.
Nous réclamons toujours une formation étalée sur 2 ans (avec une titularisation au bout de la première année) avec une augmentation du temps de pratique accompagnée ainsi qu’une entrée progressive dans le métier.

Nous oeuvrons pour que la remédiation puisse se mettre en place rapidement pour les stagiaires qui en ont besoin. Nous interviendrons pour que l’évaluation se fasse sur des critères clairs dans le respect de l’équité.

Dans ce journal vous trouverez des informations sur :

L’évaluation et la certification

Les principes de la formation

Le fonctionnement des écoles

Vos droits

PDF - 351.9 ko
IUFM 2009 2010