SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

Agenda


SANTÉ DES PERSONNELS DE L’ÉDUCATION : RÉPONDEZ A NOTRE QUESTIONNAIRE EN LIGNE
Article publié le 9 février 2017

QUESTIONNAIRE EN LIGNE EN FIN D’ARTICLE

SUD Éducation 94 lance une campagne sur la santé au travail

Le 94 un département favorisé ? Pour connaître la réalité des conditions de travail des personnels de l’éducation du Val-de-Marne, SUD éducation lance une enquête. Un QUESTIONNAIRE est à votre disposition en pj et en ligne ci-dessous.

Les résultats de l’enquête vous seront communiqués à partir de la rentrée 2017. Nous allons également distribuer un guide pratique indiquant les outils pour faire face aux problèmes rencontrés par les personnels sur les questions de santé et de conditions de travail.

DÉGRADATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL : NOTRE SANTÉ EST EN JEU !
SACHONS COLLECTIVEMENT DIRE STOP !

Santé des personnels de l’éducation : jusqu’ici tout va bien...

PDF - 3.7 Mo
Affiche pour panneaux syndicaux

Mais pourquoi les démissions dans l’Éducation nationale ont-elles doublé en 4 ans ?

La réponse, tout le monde la connaît : nos conditions de travail ne cessent de se dégrader : souffrance au travail, effectifs surchargés, difficultés à faire cours, abandon et pressions de la hiérarchie, harcèlement, mal de dos, dépression, locaux inadaptés... La liste pourrait être longue de tous les maux dont souffrent les personnels de l’éducation !
Notre département n’est pas épargné : harcèlement moral d’agentes administratives au lycée Uruguay à Avon, personnels du groupe scolaire Brassens de Villeneuve-le-roi contraints d’exercer leur droit de retrait face à la vétusté des locaux en février 2016, ceux du collège Korczak de Limeil-Brévannes contraints de faire de même en janvier 2017 face à la multiplication des violences et des incidents.

Derrière la compassion du ministère se cachent des personnels laissés à l’abandon

“Les personnels de l’éducation ont un métier exigeant. Ils ont tout mon soutien” (Najat Vallaud-Belkacem). Quel soutien ? Un médecin de prévention pour 15 000 agents, des pressions hiérarchiques accrues pour les agents techniques, des missions qui s’accumulent pour les enseignants, des services rectoraux débordés par les demandes. Quant aux chefs d’établissement, leur stratégie est bien connue : minimiser les incidents et le malaise des personnels pour que rien ne remonte. Pour ce faire, certains n’hésitent pas à rendre difficile l’accès aux registres de santé et sécurité au travail, à refuser la tenue de conseils de discipline pour des incidents graves, voire à refuser de donner les documents nécessaire à la reconnaissance d’un accident de service.

Face à cette situation, des solutions existent : alertons, réagissons pour dire stop !

Ce qui est grave, c’est d’en arriver à trouver banal des situations objectivement inacceptables. Ne nous résignons pas : nous avons des droits, et il existe des outils pour les faire respecter. Dans chaque établissement, le registre de santé et de sécurité au travail est là pour faire remonter les problèmes, notamment auprès des Comités hygiène et sécurité et conditions de travail (CHSCT). Problèmes auxquels la direction est ensuite tenue d’apporter une réponse. En cas de danger qui peut entraîner un risque grave, il faut au plus vite remplir le registre de danger grave et imminent. L’administration devra alors réagir immédiatement pour éviter la réalisation du danger. Et si une ou des personnes ont un “motif raisonnable” de se sentir en danger elles peuvent se retirer de leur situation de travail : c’est le droit de retrait. Enfin, la visite médicale de prévention est une obligation pour l’Etat. Il faut donc ne pas hésiter à la demander.

Cependant, ces outils, seuls, sont insuffisants. C’est toujours grâce à la solidarité collective que l’on parvient à améliorer ses conditions de travail. Se syndiquer, se réunir, agir collectivement reste la meilleure façon de défendre ses droits.

PDF - 2.3 Mo
tract recto
PDF - 6.6 Mo
tract verso

Questionnaire sur vos conditions de travail

LOCAUX-ENVIRONNEMENT

Merci de ne cocher qu’un case par question

CONDITIONS DE TRAVAIL
AMBIANCE DE TRAVAIL
SANTE
PREVENTION
PENIBILITE ET MANAGEMENT

Qu’est-ce qui vous empêche de bien faire votre travail ?

PRIORITES COLLECTIVES ET SYNDICALES

Classez les propositions ci-dessous par ordre de priorité. 1 le plus important, ensuite 2, puis 3 et ainsi de suite.