SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |


UN RAPPORT INSEE SUR LES ZEP
Article publié le 10 juin 2004

ZONES D’EDUCATION PRIORITAIRES : QUELS MOYENS POUR QUELS RESULTATS ?

Etude INSEE série de documents de travail du CREST (Centre de Recherche en Economie et Statistiques).
R BENABOU, F. KRAMARZ, C. PROST -Rapport de 72 pages disponible au format pdf en bas de page-
Résumé des auteurs (Les caractères gras et la mise en forme sont de SUD EDUCATION CRETEIL).

Les ZEP (zones d’éducation prioritaire), créées en 1982, peuvent être considérées comme un exemple de mesure de discrimination positive, mise en place dans le système éducatif français pour lutter contre la persistance de l’échec scolaire parmi les catégories d’élèves les plus défavorisées.
Les ZEP permettent d’orienter des moyens supplémentaires vers les établissements scolaires de zones particulièrement difficiles, et de les inciter à développer des projets pédagogiques spécifiques. Dans cette étude, nous évaluons les changements des caractéristiques des établissements lorsqu’ils acquièrent le statut de ZEP. Ceci permet en particulier d’évaluer quels budgets supplémentaires leur ont été attribués.
Il apparaît qu’en 1990, plus de 10% des élèves des écoles et des collèges sont en ZEP et que le surcoût de ces élèves est légèrement inférieur à 5% du coût d’un élève hors ZEP. Ceci provient principalement des primes accordées aux personnels des ces établissements ainsi que des heures et des postes supplémentaires. Néanmoins, l’augmentation des heures a été très progressive, puisque la taille moyenne de classe en ZEP n’a diminué que de 0,2 élèves par an, par rapport aux évolutions des établissements non ZEP.
Notre étude cherche ensuite à évaluer l’impact des ZEP sur la réussite scolaire individuelle, mesurée de quatre façons différentes :
Obtenir un diplôme quelconque ;
Atteindre la quatrième ;
Atteindre la seconde ;
Obtenir le baccalauréat.

Plusieurs modèles sont utilisés dans cette étude. En particulier, deux méthodes permettent ici de traiter l’endogénéité potentielle du classement d’un établissement en ZEP : différences de différences et variables instrumentales. Une version non linéaire du modèle est également estimée. Les résultats de ces différentes méthodes vont toutes dans le même sens : l’impact sur la réussite des élèves du passage d’un collège en ZEP n’est pas significatif.

Commentaires rapides de la commission 1er degré SUD EDUCATION CRETEIL :

Le terme de discrimination positive fait débat, nous lui préférons lutte contre les inégalités.
Cette étude démontre plusieurs faits que nous ressentons sur le terrain :
- Les ZEP ne coûtent si cher que ce que l’on veut bien nous faire croire, sans doute parce que les salaires des jeunes collègues qui y travaillent coûtent moins cher, mais surtout parce que les moyens supplémentaires y sont très insuffisants (cf. la baisse moyenne de 0,2 élèves par an !).
- Cette politique insuffisante ne permet pas d’obtenir un impact autre qu’une relative paix sociale, mais pas un impact scolaire significatif.

Si l’on met cette étude en relation avec le rapport STAR, et l’impact sur la réussite des élèves des milieux populaires, ainsi qu’avec les propositions du Conseil de l’Emploi , des Revenus et de la Cohésion Sociale (CERC) tout en analysant la carte scolaire du Val de Marne, on a tout lieu d’être en colère !

PDF - 426.5 ko
Rapport INSEE ZEP