SUD Education Solidaires SUD Education 94
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Fiche-analyse | Interprofessionnel | Les luttes | Les représentant-e-s | Stagiaires | Moyens des établissements | Education prioritaire |

communiqué de presse SUD 94 sur le 11 juin
Article publié le 21 mai 2014

Communiqué de
presse de SUD éducation 94 sur le mercredi 11 juin


<div
style="text-align: right; font-weight: bold; font-style: italic; color: red;">Ou
comment l’éducation nationale invente « l’école
discount  »  :
2 journées travaillées payées pour le prix d’une  !

voir aussi notre tract aux écoles : <a href="http://www.sudeduccreteil.org/Le-11-juin-dans-le-94.html">http://www.sudeduccreteil.org/Le-11-juin-dans-le-94.html

Les écoles du Val-de-Marne ont reçu le 19 mai un courrier de la Directrice académique (en pièce jointe).
Ce courrier est totalement illégal et hallucinant par son contenu  !



- D’une part, il est demandé aux enseignant-es de travailler un
mercredi, en remplacement de la journée de pré-rentrée du 2 septembre
2013. Comment peut-on demander à des salarié-es de récupérer une
journée qu’ils-elles ont déjà travaillée  ? Tout le
monde sait que les enseignant-es travaillent lors de la pré-rentrée, en
réunions et/ou dans leurs classes, pour préparer au mieux l’accueil des
enfants le lendemain et lancer l’année scolaire. Tout le monde, sauf la
DASEN, qui considère que cette journée est chômée puisque les enfants
ne sont pas présents. Alors, pourquoi dire que cette journée fait
partie de nos obligations de service si elle n’est pas reconnue comme
travaillée  ??


- D’autre part, la DASEN est dans l’illégalité la plus totale
lorsqu’elle décide de n’accorder une autorisation d’absence qu’à un-e
collègue par école, et en demandant que les collègues
« élisent  » le/la
bienheureux-se  ! Pourquoi cette journée du 11 juin
serait-elle différente des autres journées de l’année, où il n’existe
pas de restriction autre que 5 % d’absence des
collègues par école  ?
La DASEN remet en cause de façon totalement arbitraire le droit de chaque salarié-e à du temps de formation et de réunion syndicales. Elle ne respecte pas le droit public des fonctionnaires tel que défini par le décret de 1982.

Sud éducation Créteil dénonce ce procédé qui relève du management le plus caricatural. Nous demandons à la DASEN d’annuler son courrier et de faire ce que la loi l’oblige à faire : accorder les autorisations d’absence des collègues et motiver individuellement tout refus par écrit.


SUD éducation 94,
Créteil, le 21 mai 2014